Les voix du silence

Le monde qui vit aujourd’hui le Temps comme une ligne droite, a oublié qu’il fut vécu comme un cercle dans un lointain passé, celui des sociétés traditionnelles. La sphère illustrait alors à merveille la présence de la Transcendance. En ce temps-là, la Création n’avait ni commencement ni fin.

Dans le monde d’aujourd’hui si difficile à vivre, où règne le conformisme, la démagogie et l’imposture, d’où le Sacré a été écarté au profit d’une rationalité toute puissante, demeure néanmoins un double miracle: l’amour de la Musique et l’amour de l’Autre. Sans la présence de ce double mystère, la vie n’a pas de Sens.

Un long travail débuté avec Eight Years old, Levin’Song, puis Générations, Présences, Le Carnet inachevé, Le But, c’est le chemin et Le Voyageur sans bagage va s’achever maintenant avec Les Voix du silence qui sera mon dernier album.

Dans le chemin jalonné d’ombres, nous voyageons, aveugle, sans bagage. De l’attente à l’inquiétude, de l’inquiétude à l’apaisement, le cercle semble sans but et sans fin. Soudain, survient un événement à la fois inattendu et bouleversant. Madame D…? Nous ne nous sommes pas rencontrés. En un silence, nous nous sommes reconnus. Il suffit d’un regard, d’un sourire, d’un geste et d’un toucher pour entendre les voix du silence et faire ainsi basculer notre vision du monde en un instant. La découverte de cet univers inconnu, insoupçonné, nous transforme en secret. C’est toujours le même monde mais il est autre. Révélé, il nous aspire dans ses profondeurs abyssales.

Des méandres limités de la contingence psychologique, nous plongeons soudain dans un fleuve où se fondent à la fois le désir et la force. Soudain, l’éclair nous éblouit de toute sa puissance et nous propulse dans l’Eternité. L’action et l’inaction, l’animé et l’inanimé, la vie et la mort, le tout et le néant ne font plus qu’Un. Règne maintenant l’Universalité du Sens – Origine sans forme de toutes les origines.

G.Paczynski